Cette semaine à Gouvernement Ouvert

par

Photo: Pinpoint National

Plus tôt cette semaine, j’ai eu la possibilité de participer à une table ronde avec le ministre Clement et un petit groupe d’experts en données ouvertes, de développeurs, de bibliothécaires et de leaders du gouvernement. Notre rencontre, modérée par David Eaves, portait sur le futur de données.gc.ca. Dans son discours d’ouverture, M. Clement a suggéré que les données devraient être perçues comme les ressources naturelles canadiennes du 21e siècle et que nous devrions penser à la prochaine génération d’utilisateurs de données.

Alors que nous discutions de l’état actuel de l’initiative du gouvernement fédéral en matière de données ouvertes, la conversation s’est rapidement dirigée vers le besoin de standards de données, un sujet dont nous avons déjà discuté. L’initiative Standards Hub mise en place par le Royaume-Uni est un exemple d’une potentielle méthode de collecte de données parmi la population civile. Leur modèle propose des défis pour les propositions de standards, un pipeline pour la révision des progrès en matière d’adoption des standards et un catalogue pour les standards adoptés. Zeena Abdulla, responsable des stratégies en nouveaux médias au gouvernement d’Ontario, a noté que, historiquement, les efforts gouvernementaux en matière de standards de données ont ralenti les processus d’adoption. C’est plutôt la société civile qui devrait être responsable du développement des standards, pour ensuite les soumettre à une autorité fédérale pour approbation et adoption.

Il y a plusieurs idées intéressantes amenées à cette rencontre qui méritent d’être considérées:

  • Données.gc.ca doit être plus user-friendly et accessible aux non-codeurs et aux citoyens qui commencent à comprendre les données. On a suggéré de créer une section “données ouvertes 101” au site web et d’améliorer les fonctionnalités de recherche.

  • Les données essentielles, comme les données postales qui peuvent enrichir plusieurs autres bases de données selon Joe Greenwood (http://ca.linkedin.com/in/joegreenwood), doivent être ouvertes et sans droits d’auteur.

  • Organiser et archiver les données sont des tâches aussi importantes qu’augmenter l’utilisation des données gouvernementales. La façon dont nous choisissons de préserver et de comparer les données aura un effet sur leur utilisation et leur compréhension. L’implication de bibliothécaires, comme Marcel Fortin, au sein de la conversation avec des développeurs issus de la société civile permettra d’approfondir les données ouvertes au Canada.

  • David Eaves a annoncé que le hashtag #datagc sera utilisé par le Conseil du Trésor pour obtenir le point de vue des Canadiens sur le futur du portail. Nous continuerons à contribuer à #datagc et nous avons hâte de discuter à nouveau avec M. Clement.

Consultez les archives