Cette semaine dans le mouvement pour l’ouverture gouvernementale...

par

Dans le milieu canadien des données ouvertes, cette dernière semaine a été riche en événements. En effet, plusieurs mises à jour de politiques en lien avec l’ouverture gouvernementale ont été annoncées. Si vous êtes intéressé à en apprendre davantage au sujet de ces politiques ou à lire quelques analyses d’experts sur les avancées récentes, nous vous suggérons de joindre les listes d’envoi de CivicAccess.ca et de la Open Data Society of BC. Des membres de notre équipe y partagent souvent leur point de vue.

  • Le gouvernement fédéral a lancé à nouveau data.gc.ca avec une licence mise à jour et un portail basé sur CKAN. Parmi les nombreuses améliorations apportées au site, deux éléments se démarquent. Il est maintenant possible de faire une recherche des sommaires de demandes d’accès à l’information complétées. Auparavant, cette information était répartie à travers 170 sites web gouvernementaux. De plus, vous pouvez maintenant proposer publiquement un jeu de données, comme le très important répertoire des codes postaux. Voici donc des avancées importantes dans la stratégie du gouvernement en matière de données ouvertes mais, comme le souligne Tracey Lauriault, “de solides jeux de données reliés à la transparence et à la responsabilité gouvernementales” sont toujours absents.

  • Le Canada a signé la Charte des données ouvertes du G8 lors du Sommet qui s’est déroulé cette semaine en Irlande du Nord. La Open Knowledge Foundation explique que la charte “endosse le principe ‘ouvert par défaut’ et affirme clairement que les données ouvertes doivent l’être pour tous et être utilisables à la fois par les systèmes informatiques et par les humains (comme le prévoit Open Definition.” On peut noter que la section 6.2 de la Charte (“Actions collectives”) nomme les codes postaux comme exemple de jeux de données de grande valeur qui devraient être libérés par tous les membres du G8. Il n’est donc pas étonnant que ce soit le jeu de données le plus demandé sur le nouveau site data.gc.ca.

  • Comme cela a été discuté sur le blog de DataBC, la Colombie-Britannique, l’Alberta, l’Ontario et le gouvernement fédéral ont adopté une licence commune, intitulée Open Government License, pour leur portail de données ouvertes. Il est ainsi plus facile pour chacun d’utiliser les données de plusieurs gouvernements sans avoir à interpréter chaque licence et à satisfaire les termes et conditions de chacune d’elles. La seule clause inhabituelle de cette licence est de demander que toutes les procédures légales soient portées devant les cours de la province pertinente, même si l’on vit à l’extérieur de cette province et que l’on combine les données de gouvernements à travers le Canada. Cette clause semble imposer un poids inutile sur les utilisateurs de ces données, qui pourraient devoir voyager et chercher conseil à travers le Canada si les gouvernements intentaient une poursuite.

  • Le groupe World Bank’s Open Finances sollicite des commentaires sur la façon dont les organisations utilisent les données ouvertes à travers un sondage ouvert jusqu’au 30 juin prochain. L’objectif de cette étude est de comprendre la demande pour les données financières ouvertes et l’écart entre l’offre et la demande. Le sondage est ouvert à tous!

  • Alisha Green de la Sunlight Foundation a récemment entrepris une série de billets de blogue au sujet des données sur le zonage municipal. Dans ces billets, Alisha défend la publication des données sur le zonage dans des formats ouverts, puisqu’il s’agit d’un jeu de données qui “façonne littéralement l’environnement dans lequel les gens vivent, travaillent et s’amusent”. Nous vous suggérons de lire ses autres billets sur l’impact des données ouvertes sur le zonage et ses recommandations pour des données plus puissantes.

Consultez les archives