Laboratoire de recherche appliquée

La recherche appliquée à Nord Ouvert, c’est l’application de méthodes des sciences sociales pour étudier les problèmes auxquels sont confrontées les institutions publiques. Le travail du Laboratoire de recherche appliquée de Nord Ouvert consiste entre autres à synthétiser et mobiliser les connaissances et la théorie par des recherches fondées sur des données pratiques et des questions de gouvernance.

Qu’est-ce que la recherche appliquée?

À Nord Ouvert, notre travail exige que nous examinions les méthodes utilisées par les gouvernements de l’échelle locale à l’échelle mondiale pour structurer les données publiques et favoriser la création d’écosystèmes de données. La recherche appliquée consiste à mettre à l’essai les théories et les méthodes existantes auprès d’institutions publiques afin de pouvoir fournir des conseils pratiques et produire des résultats.

La création du Laboratoire de recherche appliquée reflète la priorité que Nord Ouvert donne à la recherche, et donc à l’élaboration de données probantes pour appuyer et éclairer le travail organisationnel des administrations à toutes les échelles gouvernementales. Les situations concrètes que vivent les gouvernements et les citoyens du monde entier sont à la base de nos recherches.

Le Laboratoire de recherche appliquée de Nord Ouvert

Les projets de Nord Ouvert comportent tous une composante recherche. Cette dernière oriente notre travail consistant à aider les institutions gouvernementales et publiques à acquérir les compétences nécessaires pour améliorer leur capacité à collecter, gérer et analyser les données. Le Laboratoire de recherche appliquée utilise des méthodes de recherches empiriques diverses pour renforcer les capacités des gouvernements, des organismes sans but lucratif et d’autres institutions à travailler avec de nouvelles formes de données géospatiales ouvertes.

Notre équipe interdisciplinaire est expérimentée en urbanisme, développement international, économie et géographie humaine. Nous pouvons ainsi appliquer divers angles d’analyse pour générer des résultats concrets importants pour les institutions publiques. Nous travaillons en partenariat avec des organisations internationales afin de rendre notre expérience et notre expertise locales pertinentes et de favoriser le transfert des connaissances à notre collectivité. Ce faisant, nous contribuons à la création de réseaux de connaissances fondés sur la recherche à diverses échelles.

La recherche appliquée est un pilier fondamental des projets de Nord Ouvert. Elle priorise l’obtention de résultats pratiques pour les problèmes auxquels sont confrontées les institutions et les collectivités en facilitant la collecte de données, en faisant tomber les barrières entre les silos organisationnels et en structurant la collaboration multipartite sur les données. Le Laboratoire de recherche appliquée aide l’organisation à travailler dans différents contextes internationaux en élaborant des programmes de capacité adaptés qui engagent les intervenants nationaux et locaux qui connaissent des changements organisationnels.

Pour atteindre tous ses objectifs, le Laboratoire utilise des méthodes quantitatives et qualitatives pour améliorer l’engagement et la gestion, la gouvernance et l’interopérabilité des données. Le Laboratoire de recherche appliquée offre toute une gamme de services et de produits qui améliore la gouvernance et la participation civique. Des partenaires du monde entier, à l’échelle locale, régionale et nationale, profitent de notre expérience avec les résultats empiriques pour améliorer la capacité des gouvernements à adopter l’innovation, les données et les technologies connexes.


L'Équipe

Suthee Sangiambut

Gestionnaire de recherche appliquée

Miranda Sculthorp

Analyste de recherche senior

Laboratoire de Recherche Appliquée

En tant qu'Analyste de recherche urbaine au Laboratoire de recherche appliquée, Miranda travaille en étroite collaboration avec les municipalités pour accroître la transparence et l'engagement civique grâce à la création des politiques de données ouvertes et la planification des outils géospatiaux. Elle travaille également avec des réseaux communautaires locaux pour comprendre les problèmes urbains et elle soutient ces acteurs par le biais des initiatives en littératie de données et en mutualisation de données. Ses intérêts de recherche portent sur la sécurité alimentaire, l'accès au logement abordable ainsi que l'inclusion des femmes dans les espaces urbains. Miranda est titulaire d'une maîtrise en urbanisme de l'Université McGill. Elle détient également un Baccalauréat en sciences sociales en économie et français de l'Université d'Ottawa

Steven Coutts

Analyste de recherche géographique

Laboratoire de recherche appliquée

En tant qu'analyste de recherche géographique au Laboratoire de recherche appliquée, Steve travaille à l'harmonisation des politiques et des pratiques autour du traitement et de l'utilisation des données. Il a fait des recherches et publié des articles universitaires sur les transports urbains et les «villes intelligentes», et a participé à l'élaboration de politiques publiques sur les véhicules autonomes. Il s'intéresse au renforcement des capacités de gouvernance des données au sein de la société civile et des gouvernements dans le but de façonner un avenir numérique juste et équitable pour les communautés. Steve a obtenu une maîtrise en urbanisme de l'Université Ryerson (Toronto) et un baccalauréat ès arts (avec distinction) en géographie de l'Université de Winnipeg.

Megan Wylie

Analyste de recherche géographique

Laboratoire de recherche appliquée

En tant qu'analyste de recherche géographique au Laboratoire de recherche appliquée, Megan travaille avec le gouvernement pour accroître sa capacité de gouvernance ouverte et transparente, en mettant l'accent sur les données spatiales, l'accessibilité des données et la participation des citoyens. Elle possède une formation interdisciplinaire en sciences sociales et environnementales et a mené des recherches pour évaluer les applications pratiques des données ouvertes, la distribution des polluants et les changements de revenu à long terme dans les quartiers, à l'aide de données de microrecensement. Elle a obtenu un baccalauréat en études environnementales à l'Université de Waterloo et a étudié la géographie économique et la géographie de la santé tout en terminant sa maîtrise ès arts à l'Université McGill.

Notre infolettre